jeudi 13 avril 2017

Casteil : Pendant les travaux la ségrégation continue !

La route du Col de Jou sera à nouveau fermée ce jeudi 13 avril


Ces travaux qui bloqueront la route toute la journée sont destinés à rafistoler les trous réalisés par le SIVOM sur une chaussée qui venait tout juste d'être entièrement refaite (cf. article  "Sivom de la Vallée du Cady : C'est le watergang !").

Nous donnons cette information car, encore une fois, la mairie n'a pas daigné distribuer son avis d'information ci-contre à tous les habitants du village, notamment à tous les riverains de la route en question.

Il s'agit, encore une fois, d'une ségrégation inacceptable envers toute une partie de la population de notre village qui est de fait traitée comme des habitants de 2° zone.

Compte tenu de la multiplication de ces actes discriminatoires [l'un particulièrement révélateur ayant été l'exclusion volontaire d'une partie de la population à l'inauguration de la nouvelle mairie (cf. article "Casteil - Les dessous "chics" de la nouvelle mairie"], LPDC envisage une requête auprès du Tribunal Administratif.

mercredi 29 mars 2017

Casteil : "Gaston y a l'téléphon qui son' plus ..."


La seule cabine téléphonique de Casteil vient d'être brutalement retirée, sans aucune information préalable à la population.

La cabine avant
Retrait de la cabine téléphonique





















Il ne sera désormais plus possible de chanter la chanson "Le Téléphonde Nino Ferrer en attendant son tour devant la cabine :


Gaston y a l'téléfon' qui son'
Et y a jamais person' qui y répond
Gaston y a l'téléfon' qui son'
Et y a jamais person' qui y répond"


Après la fermeture de l'épicerie communale, de la mairie historique et maintenant de la cabine téléphonique, c'est l'ensemble du service public qui s'étiole encore un peu plus sur notre village ... 

Pourtant, la disparition de cette cabine constitue un grave handicap, sachant que les téléphones portables ont du mal à fonctionner dans le secteur et que bon nombre d'habitants et de vacanciers se pressaient autour de cet unique point téléphonique.



A Casteil, le 'Sévice' Public continue !

samedi 28 janvier 2017

L'eau trouble de la Vallée du Cady ça n'a pas de prix !


L'indépendant du 27/01/2017 a publié une étude de l'association de consommateurs Que Choisir, détaillant la qualité de l'eau potable des communes de notre département. Si le littoral et l'agglomération de Perpignan sont épargnés par la pollution, la situation est bien différente ailleurs comme le montre la carte ci-dessus.

On notera que l'eau distribuée par le Sivom de la Vallée du Cady sur Casteil, Vernet et Corneilla de Conflent est jugée de qualité médiocre. 

Mais le président du Sivom justifiera sans doute le prix exorbitant de l'eau qu'il répercute sur les habitants de nos communes par la spécificité d'une eau NA_TU_RE_LLE_MENT médiocre. En particulier, l'eau du forage n° 1 (bénie par la préfecture : voir article LPDC "Forages du Cady : Ite missa est !") est EXCEPTIONNELLEMENT riche en arsenic. Comme le dit une certaine pub, "les autres eaux peuvent-elles en dire autant ?"

Une chose est sûre, la médiocrité n'a pas de prix !

lundi 5 décembre 2016

Sivom de la Vallée du Cady : C'est le watergang !

La commune de Casteil venait tout juste de refaire à grands frais le goudronnage de la route du Col de Jou ...
C'était sans compter sur les travaux dits de raccordement des forages au réseau d'eau potable que le Sivom a engagés depuis plus d'un mois après la bénédiction préfectorale (cf. article"Forages du Cady : Ite missa est !").
En effet ces travaux ont conduit à éventrer en long et en travers la chaussée neuve de cette route, ainsi que le parking des gorges du Cady. Ce n'est pas grave pourront rétorquer la maire et le Sivom, Ce dernier, dont elle est vice-présidente, rafistolera les ravages occasionnés (bien entendu encore aux frais des contribuables et des usagers de l'eau) ...  

Depuis plus d'un mois donc, le village "nature" de Casteil vit au rythme des allers retours incessants, des gaz d'échappement et du vacarme des engins de chantier (camions, tractopelles, ...), largement disproportionnés pour nos voies de circulation.
Outre les dégâts occasionnés par les engins sur le bitume, des murs de maison sont régulièrement égratignés sans vergogne par ces engins inadaptés au gabarit de nos rues.

Jusqu'à ce jour, la route du col de Jou est totalement fermée. Au grand dam des touristes, nombreux sur cette voie, qui se voient obligés de faire des manœuvres pour s'en retourner déçus de ne pas avoir été informés par les offices du tourisme (alors que notre maire se targue d'être la présidente de la commission tourisme pour le Conflent !). Pour l'anecdote, il n'y a même pas eu d'arrêté municipal placardé en début du chantier, mais seulement copie d'un courrier que les sous-traitants du Sivom avaient adressé à la commune ! 
En fin de journée, les engins mécaniques (camions, pelleteuses, pelles-mécanique et autres dameuses) sont garés en plein milieu de la route du col de Jou. Aucun dispositif provisoire de circulation n'a été mis en place sur cette route pourtant très fréquentée, notamment par la population locale. Pour nos élus les habitants de Casteil ne valent même pas ça. Ils sont justes bons à payer des impôts et se taire.

En acceptant que cette voie soit coupée jour et nuit, le maire entrave implicitement l'accès au domicile d'une personne de plus de soixante-dix ans qui vient de passer près de trois mois en clinique pour maladie grave. Les livraisons à domicile qu'elle avait prévues ne sont plus possibles. De fait, non seulement elle est ainsi totalement isolée du village mais, de plus, l'infirmière, qui doit s'y rendre deux fois par jour, est tenue de garer son véhicule devant l'ancienne mairie pour pouvoir se rendre avec tout son matériel à pied chez sa patiente.

Le mépris avec lequel est traitée la population signifie t-il que le Sivom et la mairie de Casteil veulent faire payer aux habitants leur hostilité aux forages? Rajouté aux viciations précitées, ce qui suit pose en effet réellement interrogation :
  • Mardi dernier (29 novembre 2016), lors du percement de la route, les intervenants du Sivom sont parvenus à casser la conduite principale d'eau potable alimentant Casteil, Vernet et Corneilla. Pas loin de trois heures de travaux ont été nécessaires pour réparer cette bourde, sans même alerter les habitants.
  • Et puis, moins de 48 heures après, ils sont arrivés à sectionner les câbles téléphoniques et ainsi priver une partie du village de téléphone et d'accès internet.. Cette fois-ci, il aura fallu attendre deux jours pour voir les techniciens télécom arriver sur le chantier et réparer les dégâts. Comme précédemment aucune communication n'a été faite auprès des habitants qui ont dû se débrouiller eux-mêmes.
  • Nouvelle coupure d'eau le 5 décembre 2016 et comme à l'accoutumée, sans en informer les habitants.
  • Alors que les travaux devaient prendre fin le 2 décembre dernier, on apprend par un arrêté
    Arrêté municipal du 05/12/2016 accolé
    sur le panneau "route barrée"
    pour toute information !
    municipal furtif, accolé subrepticement le 5 décembre sur le panneau "Route barrée" du sous-traitant du Sivom, que la route sera fermée jusqu'au 9 décembre 2016 depuis la place de l'ancienne mairie. Cette mesure du maire interdit ainsi aux habitants des chalets tout accès en véhicule à leurs domiciles et les menace de poursuites en cas d'entrave aux travaux ! Comme pour la personne isolée évoquée plus avant, ils se retrouvent eux aussi privés de tout service à domicile (notamment la poste). Là encore aucune communication directe n'a été faite auprès de cette population.
Câble électrique desservant
la station de traitement d'eau potable
maintenu par ... une ficelle !

Ah oui, tout ce "watergang" nous en coûte pour l'instant plus d'un million d'euros et ce n'est qu'un début.  Devinez qui va payer tout ça ... 
Au fait, à l'heure où le Sivom ouvre largement les bourses des deniers publics pour des travaux très largement contestés (voir les articles LPDC sur le sujet), il est surprenant de constater que l'alimentation électrique de la station de traitement est, non seulement non secourue, mais en plus ne tient qu'à un fil (voir ci-contre) ...

samedi 3 septembre 2016

Manifestation unitaire "OUI au PAYS CATALAN" le 10/09/2016 à Perpignan



Paris et Toulouse nous imposent le nom « Occitanie », qui ne représente pas les Pyrénées-Orientales (Pays Catalan).





Samedi 10 septembre 2016, une manifestation unitaire de protection du Pays Catalan partira à 15 h place de Catalogne à Perpignan. Cette marche ouverte à tous, au service du territoire et de tous ses habitants, fera entendre notre département, menacé d'être englouti dans une "Occitanie" dont il n'a jamais fait partie. 
Le comité "Oui au Pays Catalan", composé de citoyens anonymes, personnalités du monde économique, élus et acteurs culturels, est le grand moteur du mouvement contre l'annexion administrative toulousaine.  Une permanence est assurée 9, rue Camille Desmoulins à Perpignan (zone Leclerc - Clémenceau) -Tél. 04 68 35 30 54 et 06 75 74 25 59. Contact@ouiaupayscatalan.com.
Rappelons que la création des nouvelles régions, qui constitue pourtant un bouleversement majeur pour la totalité de l'hexagone, a été décidée par François Hollande sans aucun référendum auprès des FrançaisUne autre façon d'occulter l’avis du peuple et, en ce qui nous concerne, de chercher à balayer par un revers de main plus de 1000 ans d'Histoire du Pays Catalan, qui n’a jamais fait partie de l'Occitanie et se sent humilié par cette décision inepte.
Le processus de "consultation" de la population de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées sur le futur nom de la nouvelle région voulue par l’exécutif s’est achevé mercredi 15 juin 2016, avec un taux de participation de ...  3,64 %  (203 993 bulletins pour 5,6 millions d’habitants) … autrement dit, un désaveu flagrant sur le nom de cette fusion entre Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées!
Pourtant, la présidente Carole Delga de l'euro-région, "élue" qui ne représente même pas 20 % des habitants de ce territoire, se permet d'être arrogante et injurieuse envers notre pays : « Catalan est synonyme de repli sur soi »« L'identité catalane n'est pas vendeuse ». Une délégation PS catalane a même été refoulée à l'entrée du meeting de Manuel Valls dans l'Aude le 8 juillet dernier parce qu'elle arborait les couleurs sang et or. «La discrimination dont a fait preuve Carole Delga envers le pays catalan est indigne d'une socialiste», s'est insurgé l'animatrice fédérale du Mouvement des jeunes socialistes 66.

Hier à la fraîche
Aujourd'hui à la  cassoulette
Alors le 10 septembre prochain indignons nous massivement Place de Catalogne à Perpignan !



Et, comme le chante si bien le groupe Al Chemist, vive l'OCCEXIT puisque l'on nous irrite : 




mardi 2 août 2016

Forages du Cady: Ite missa est !

C'est un fait : la messe est dite


La Préfecture a donné sa bénédiction pour les trois forages dont l’utilité et les coûts engendrés sont très largement contestables (voir notre article du 2 juin 2016). L'enquête publique diligentée par la Préfecture n'était donc qu'un leurre et l'on se doutait bien que le nouveau Préfet n'allait pas s'opposer à ces travaux. En effet, un refus préfectoral des forages aurait pu être interprété comme un désaveu du service Eau et Risques de sa Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM), très largement favorable à ces perforations contre nature depuis la genèse du projet en 2010 et faisant fi des nuisances induites pour les usagers de l'eau et les contribuables de la vallée du Cady (dommage qu'il n'y ait pas plus de mobilité géographique chez ces fonctionnaires, il y aurait moins de connivence avec certaines entités locales) !

Bien que la commissaire-enquêtrice ait donné un avis défavorable et que la population se soit largement prononcée contre ce projet, le secrétaire général de la préfecture des P.O. a signé l'arrêté préfectoral qui autorise les forages sur Casteil. On notera au passage que dans son article 18 il est prévu d'insérer ladite autorisation dans le RAA (recueil des actes administratifs) endéans les quinze jours.  Aujourd'hui, 2 août 2016, rien n'apparaît.

Le constat est qu'encore une fois la volonté du peuple est bafouée et que ce sont des édiles, souvent élus avec moins de 20% des voix, et des technocrates, grassement rétribués par nos impôts, qui décident de ce qui est bon ou pas pour nous ! Ici une nouvelle mairie inutile, là des forages absurdes, là-bas le barrage stupide de Sivens, ailleurs l'aéroport aberrant de Notre Dame des Landes, partout une loi dite "NOTRe" de réaménagement du territoire visant à gommer toute identité régionale, notamment ici la catalanité (*), ou encore une loi esclavagiste dite "travail" imposée à grands coups de 49/3... la liste est longue et la coupe pleine !

La seule "démocratie" qui nous reste encore pour le moment étant les urnes, nous appelons la population à s'exprimer massivement lors de toutes les prochaines élections locales, départementales, régionales, nationales, et à faire payer au prix fort tous les candidats complices de ces exactions, sans aucun état d'âme.

En particulier pour la vallée du Cady, n'oublions pas Ségolène Neuville, Hermeline Malherbe, Carole Delga et les édiles locaux qui, non seulement ne prennent pas la peine de répondre aux courriers mais ont systématiquement refusé de nous entendre.

(*) en page 3 de L'Indépendant du 31 juillet.

jeudi 2 juin 2016

Sivom de la Vallée du Cady : Errare humanum est, perseverare diabolicum !

Oui, selon cette citation latine de Sénèque, si l'erreur peut être humaine, l'entêtement [dans son erreur], lui, est diabolique !

Pour mémoire, une enquête d'utilité publique (DUP) relative au captage d'eau du Roc des Ermites et de 3 forages situés sur la commune de Casteil a été diligentée par la Préfecture du 16 novembre au 18 décembre 2015. Selon les termes mêmes du dossier lié à l'enquête, le SIVOM par cette démarche cherchait à faire "régulariser"(sic!) des travaux déjà réalisés en s'affranchissant des procédures légales et de l'hostilité des populations (voir articles précédents de LPDC, dont "Vol au dessous d'un lit du Cady" ).
Affichage des travaux en cours à l'entrée du chemin
conduisant aux gorges du Cady

Alors qu'aucun arrêté d'autorisation n'a encore été émis par la Préfecture et que la commissaire enquêtrice mandatée par ses soins ait donné un avis défavorable, le président du SIVOM agit comme si l'utilité publique était acquise et persiste dans sa politique du fait accompli :
  • un appel d'offre relatif aux raccordements des forages a été lancé fin 2015 alors même que l'enquête d'utilité publique était toujours en cours;

  • les travaux de raccordement des forages ont démarrés et s'accélèrent (voir photos ci jointes prises ce jour). On notera au passage que le SIVOM minimise en plus les coûts liés à ces raccordements en les saucissonnant, occultant, en particulier, les coûts de réhabilitation de la station de traitement existante (847 688,75 € HT) et ceux de la nouvelle station prévue au niveau de Las Parcoures à Casteil pour traiter, notamment, l'arsenic du forage n° 1 destiné à Vernet et Corneilla.
La Préfecture, pourtant largement informée de ces faits, adopte jusqu'à ce jour la politique du silence, ne répondant pas aux multiples courriers dénonçant ces irrégularités et laissant les travaux s'effectuer à nouveau en toute illégalité.
Alors faut-il croire, avec cette omerta préfectorale, le président du SIVOM quand il affirme agir avec le consentement des services préfectoraux ?


A vue de nez cette enquête d'utilité publique a des relents de mascarade consultative visant à berner les populations de notre vallée (on a déjà connu ça avec le référendum sur la constitution européenne !).

Mais peut-être, pour se mettre en odeur de sainteté, prévoit-on une nouvelle absolution du SIVOM, au pied même de l'oratoire de Saint Benoît, qui se conclurait ainsi : 
"Pour effacer vos pêchés, comme pénitence, vous me raccorderez 3 forages et poursuivrez vos dépenses inutiles aux frais des usagers de l'eau et des contribuables de la Vallée du Cady ! Allez en paix !" ?

Vade retro satanas !

Abréviation de la phrase latine « Vade retro satanas... » 
(V R S... à partir du haut à la droite) au verso d'une médaille de saint Benoît.






lundi 11 avril 2016

Casteil - Les dessous "chics" de la nouvelle mairie

Dans l'Indépendant de la semaine dernière, la correspondante locale a rédigé un article à la gloire du maire de Casteil pour la nouvelle mairie. 
Quand on sait que pratiquement 90 % de la population était hostile à cette nouvelle mairie (cf. article LPDC du 16 mars 2016), la neutralité aurait été de rédiger un article du type "La mairie communique : ...", mais quand on est aussi employée municipale de la mairie cela peut conduire à certains mélanges des genres. 
Lorsque notre correspondante décrit ce bâtiment :"plus convivial, plus de place pour la secrétaire"..., on sent poindre une émotion débordante, qui est, peut-être, à l'origine d'un titre quelque peu surprenant :

Oui vous avez bien lu "atours". Ce mot de l'ancien français englobe tout ce qui sert à la parure vestimentaire.


Alors faut-il voir dans la photo jointe à l'article un défilé de mode inédit dans l'histoire de notre petit village, destiné à montrer ses meilleurs ATOURS, à savoir parures, cravates et autres chiffons vestimentaires, pour mieux narguer les contribuables et tous ceux que la mairie avait exclu de la cérémonie  ?
Quand notre correspondante poursuit avec enthousiasme "Le tout pour un montant de 150 000 euros subventionnés à 50 % par l'Etat et le Conseil Départemental", il conviendrait qu'elle rajoute aussi les coûts de l'important nivellement du terrain réalisé préalablement, de tous les travaux en régie, des élagages, de l'ameublement et des autres dépenses complémentaires telles que les différents raccordements, les loyers perdus depuis deux années, les cérémonies, etc... , ce qui nous rapprocherait plutôt des 200 000 €.

La correspondante aurait pu aussi préciser que les subventions précitées et la quote-part payée par la commune proviennent de nos impôts à tous, incluant aussi ceux des exclus de la mairie, et qu'il est inacceptable que des villages aussi minuscules que Casteil continuent d’accroître leurs dépenses, avec en plus des projets coûteux et inutiles. En effet, toutes leurs compétences ayant été quasiment transférées à l'intercommunalité, les dépenses de ces villages devraient baisser en conséquence, y compris au niveau des secrétariats. Selon plusieurs maires et anciens maires de petits villages plus importants que Casteil, le besoin en secrétariat était au grand maximum d'une personne, un jour par semaine, lorsque les communes étaient encore en charge de tout; maintenant quelques heures par semaine suffiraient largement...

Selon l'article, la fréquentation de la mairie nécessitait une nouvelle mairie, or le moins qu'on puisse dire c'est que ça n'a jamais été l'émeute au portillon du bâtiment communal, ni hors saison au niveau de la population locale, ni au niveau des touristes, la plupart de ceux-ci fonctionnant au smartphone, ou s'étant déjà renseignés à Perpignan, Prades ou Vernet. Mais peut-être est-il prévu que la mairie fasse billetterie pour le Zoo, voire l'Abbaye ?

Pour revenir à cette journée de liesse, et bien qu'une partie de la population n'y ait pas été conviée, on y retrouvait quand même des résidents secondaires (venant de la plaine, de Carcassonne et même... de Barcelone), ainsi que seulement deux "anciens" et beaucoup de têtes qui n'étaient ni habitants du village, ni officiels. A se demander ce qu'ils faisaient là.

Il est à remarquer que les représentants des pouvoirs subsidiants ont répondu présent à l'invitation de la mairie mais qu'ils n'ont toujours pas trouvé le temps de répondre aux différents courriers et pétition que nous leur avons adressés au cours de l'année 2015 ! 

La correspondante conclut son article en indiquant que la cérémonie "s'est poursuivie autour d'un buffet amical préparé par Véronique". Nous ne souhaitons pas rajouter notre grain de sel sur le sujet, mais, s'il s'agissait de la conseillère municipale dont le restaurant a été fermé il y a un an, nous supposons que la prestation était gratuite et que l'on n'aurait pas osé fournir aux officiels des petits fours au noir...


Maintenant, il y a une question de fond que nous nous posons et que nous poserons à la Préfecture : un maire a-t-il le droit d'exclure sciemment, en le revendiquant, une partie de la population dans le cadre de l'inauguration d'un site officiel - la mairie - qui, par définition, représente la démocratie par excellence ? Et ce au seul motif que ces personnes sont suspectées d'être en désaccord quant à l'abandon de la mairie historique.

Autre question de fond, quel est le devenir de la mairie historique et de l'ancienne épicerie que le maire avait supprimée au motif qu'il lui fallait agrandir les locaux communaux, privant là aussi la commune d'un loyer et d'une activité économique ?



jeudi 24 mars 2016

Forages du Cady : "La caque sent toujours le hareng" !

Selon ce proverbe attribué par certains à Henri IV, quel que soit le rang auquel elle parvient, une personne ne saurait totalement dissimuler ses basses origines et finira tôt ou tard par laisser percer sa vulgarité et sa bassesse ...

On se rappellera que le Président du SIVOM avait déjà :

  • déposé une demande d'utilité publique (ayant générée l'enquête d'utilité publique) relative aux forages et au captage du Roc des Ermites à Casteil pour légitimer des travaux déjà réalisés en s'affranchissant des procédures légales (cf. article LPDC du 27 janvier 2016);

  • lancé un appel d'offre relatif aux raccordement des forages alors même que l'enquête d'utilité publique était toujours en cours (cf. article LPDC du 22 décembre 2015).

  • Aujourd'hui, ainsi qu'annoncé sur son panneau d'affichage et son site internet (cf. ci-contre) le SIVOM a commencé les travaux de raccordement des forages et une tranchée avec pose de canalisations est en cours de réalisation au niveau du forage n°1 à l'entrée du village. Pourtant à notre connaissance, la Préfecture des PO n'a pas encore tranché suite à cette enquête publique. En effet, à ce jour il n'y a aucune trace d'une quelconque décision préfectorale sur le sujet, que ce soit sur le site internet de la Préfecture ou sur les panneaux d'affichage du SIVOM ou de la mairie de Casteil.


Il s'agit donc d'un nouveau passage en force qui, s'il était cautionné par la Préfecture, démontrerait que l'enquête d'utilité publique - et 
malgré l'avis défavorable du Commissaire enquêteur - n'était qu'un leurre pour légitimer la politique du fait accompli du syndicat. A moins que l'on nous prouve le contraire !


Si tel était le cas, faudra t-il apposer un panneau après Villefranche du Conflent, signifiant la fin de la république et le règne de l'autocratie, sur la vallée du Cady ?





mercredi 16 mars 2016

Casteil : inauguration de la nouvelle mairie, de l'apartheid, ou des deux ?


A l'heure où le Gouvernement se déchire sur la question de la déchéance de nationalité, il est un petit village qui bafoue les droits les plus élémentaires des citoyens. Il s'agit de Casteil.

Bien que les habitants de Casteil se soient opposés massivement à ce projet de nouvelle mairie, avec une pétition recueillant 86 % de votes négatifs, et que nous ayons alerté, en vain, Madame Chevalier (Préfète des Pyrénées Orientales), Monsieur Alaton (Sous-préfet de Prades), Madame Ségolène Neuville (Sénatrice et présidente du syndicat mixte Canigó Grand site), Madame Hermeline Malherbe (Présidente du Conseil Départemental), sur l’aberration de ce projet et à défaut d'avoir pu réaliser son Bistrot de Pays, le maire a foncé tête baissée dans son projet de nouvelle mairie. Comme à son habitude, il n'a pas organisé le moindre débat public, ni tenu compte des avis négatifs des habitants (cfr. "avis de disparition de la mairie de Casteil", "Le transfert de notre mairie fait couler beaucoup d'encre", "Les média s'intéressent à Casteil", "Pétition massive contre le projet de nouvelle mairie").

C'est ainsi qu'après plus d'un an de travaux la nouvelle mairie sera inaugurée en grande pompe, aux frais des contribuables, samedi 26 mars 2016. Nous ne doutons pas que toutes les têtes couronnées susmentionnées aient été conviées à cette petite fête.


Mais là n'est pas le problème. Les personnes qui, en mars 2014 avaient eu le toupet de monter une liste concurrente à celle du maire pour les élections municipales, ne sont pas invitées à cette inauguration !


De fait, les seules boîtes aux lettres n'ayant pas reçu le luxueux carton glacé et en quadrichromie d'invitation pour l'inauguration ,sont celles des candidats de la liste adverse et leurs alliés.

Cela fait d’eux des parias, des citoyens de seconde zone. Mais cette manifestation aura un coût et celui-ci sera supporté par l'ensemble de la population. Donc, également par les gens de la liste adverse. Comment le maire peut-il justifier le fait qu'il refuse l'accès à une partie de la population, alors qu'il s'agit d'une manifestation publique dans un lieu qui, par définition, doit être accessible à toutes et à tous ?





 DE LA POPULATION ?